La Route, Michel Houellebecq
Poèmes

La Route

par Michel Houellebecq

Michel Houellebecq

Le ciel s’écartelait, déchiré de pylônes,
Et quelques réverbères se penchaient sur la route
Je regardais les femmes et je les voulais toutes,
Leurs lèvres écartées formaient des polygones.

Je n’atteindrai jamais à la pleine patience
De celui qui se sait aimé dans l’éternel
Mon parcours sera bref, erratique et cruel,
Aussi loin du plaisir que de l’indifférence.

Les plantes de la nuit grimpaient sur la verrière
Et les femmes glissaient près du bar tropical ;
Dans le tunnel des nuits, l’espérance est brutale,
Et le sexe des femmes inondé de lumière.

Extrait de: 
La Poursuite du Bonheur



Poème publié et mis à jour le: 07 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top