La Griesche D'esté, Rutebeuf
Poèmes

La Griesche D'esté

par Rutebeuf

En recordant ma grant folie

Qui n'est ne gente ne jolie,
Ainz est vilaine

Et vilains cil qui la demaine.

Me plaing set jors en la semaine
Et par reson.

Si esbahiz ne fu mes hom,

Ou'en yver toute la seson
Ai si ouvré

Et en ouvrant m'ai aouvré

Qu'en ouvrant n'ai rien recouvré
Dont je me cuevre.

Ci a fol ouvrier et foie oevre

Qui par ouvrer riens ne recuevre :
Tout torne a perte ;

Et la griesche est si aperte

Qu' « eschec » dit « a la descouverte »
A son ouvrier.

Dont puis n'i a nul recouvrier.

Juingnet li fet sambler février :
La dent dit : «
Cac »,

Et la griesche dit : «
Eschac ».

Qui plus en set s'afuble sac
De la griesche.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top