Hôtels, Guillaume Apollinaire
Poèmes

Hôtels

par Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire

La chambre est veuve
Chacun pour soi
Présence neuve
On paye au mois

Le patron doute

Payera-t-on

Je tourne en route

Comme un toton

Le bruit des fiacres
Mon voisin laid
Qui fume un acre
Tabac anglais

O
La
Valliere
Qui boite et rit
De mes prières
Table de nuit

Et tous ensemble
Dans cet hôtel

Savons la langue
Comme à
Babel

Fermons nos portes
A double tour
Chacun apporte
Son seul amour



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top