Fragments pour Accompagner le Vivant, Idriss Issa
Poèmes

Fragments pour Accompagner le Vivant

par Idriss Issa

La cascade des plantes se déversant sur les murailles
C'est l'unique eau libre qui gronde dans le silence

Puis la terre aussi

tire à elle le ciel et s'en couvre

pour chasser la solitude

Je connais une seule main

capable de dessiner les arbres avec leur bruissement

Mais regardez-les donc

C'est un vent particulier

qui remue chaque arbre

Désignez les planches

Désignez-les en brandissant vos entraves

dans la lumière qui ne trahit pas

Un oiseau traversera devant vous

que les arbres seuls ont prévu

Plantes qui s'étendent et couvrent tout comme l'oubli s'abattant sur la mémoire

Je crois toujours le lierre

n'a d'autre souci que le labyrinthe

Ne t'appuie pas sur l'air

ni sur moi. ô nénuphar

mais sur ce qui fera de toi le feu de l'eau

L'eau n'est-elle pas ton trône ?

Main jouant le vide et la couleur
Main jouée par le vide et la couleur suivant le penchant des plantes
Main blessant et cicatrisant apportant la preuve du paradis

Ah la terre

l'astre menteur !

Elle nous amuse avec la prodigalité de l'ivrogne

alors qu'elle prémédite les volcans



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top