Poèmes

Faim Rouge

par Rene Char

René Char

Tu étais folle.

Comme c'est loin!

Tu mourus, un doigt devant ta bouche,
Dans un noble mouvement,
Pour couper court à l'effusion;
Au froid soleil d'un vert partage.

Tu étais si belle que nul ne s'aperçut de ta mort.
Plus tard, c'était la nuit, tu te mis en chemin avec moi.

Nudité sans méfiance,

Seins pourris par ton cœur. »

A l'aise en ce monde occurrent,

Un homme, qui t'avait serrée dans ses bras,
Passa à table.

Sois bien, tu n'es pas.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top