Poèmes

Derviches tourneurs

par Maria Zaki et Jacques Herman

Je t’invite à la danse
Hors des bornes du temps
À interroger le vent
Sur le secret
De l’alliance
(J.H.)

Les bruits assourdissants
Se muent en silence
Et les hautes voix
Ne nous atteignent pas
(M.Z.)

Dans le jour qui décline
Comme se fanent les fleurs
Nettoyons-nous
Des scories immondes
Et de tous nos naufrages
(J.H.)

N’en déplaise au grand large
Le cristal de l’âme
Brille contre les humeurs
Et les ignominies
(M.Z.)

Pivotons sur nous-mêmes
Et dans l’axe du monde
Un peu à l’image
Des derviches tourneurs
(J.H.)

Puis ivres sans vin
Buvons encore
Couverts de rosée
Les rayons de l’aurore
(M.Z.)

Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top