Poèmes

Derniers Propos D'un Jeune Homme

par Claude Hopil

Sus, sus, il faut partir, il faut trousser bagage,
J'entends les grands hérauts de la divinité
Qui me viennent sommer au céleste voyage,
Seigneur, loge mon âme au sein de ta bonté.

Adieu, soleil, qui sors de l'onde marinière
Pour faire voir à tous ce petit monde, adieu,
Je vais voir un soleil, dont la pure lumière
Ravit les habitants de la cité de
Dieu.

Adieu, astre argenté, qui détendez les voiles
De la brunette nuit, et compassez les temps,
Adieu pétillants feux, adieu graves étoiles,
Je vais jouir au ciel d'un éternel printemps.

Flétrissez désormais, verdoyantes prairies,
Mes yeux ne verront plus l'émail de tant de fleurs,
Ruisseaux, demeurez cois, vos sources soient taries,
Vos courses prennent fin aussi bien que mes pleurs.

Meurent tous les plaisirs dont l'univers abonde,
La mort cillea mes sens de son sommeil d'airain,
Adieu tous mes désirs, adieu vie, adieu monde,
Il faut chercher là-haut un plaisir souverain.

Adieu mes chers amis, mon esprit se prépare
Pour aller dans les
Cieux établir son séjour,
Et de corps et de cœur de vous je me sépare,
Si mon âme est à
Dieu, aussi est mon

amour.

Là l'indomptable mort a sonné la retraite
De ce corps, qui fera la pâture des vers.
Seigneur, tu es ma vie, après toi seul j'halète,
Mon
Dieu, reçois mon âme entre tes bras ouverts.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top