Poèmes

Campagne

par Raymond Queneau

Le vent marcheur l'hirondelle qui ne se lasse

les bourrées de jonc rare les blés qui dépassent

les têtes des avoines noires ou d'hiver

la blancheur des ciments les cailloux de la route

les libellules les vain» papillons divers

la machine en sommeil les dévoreurs de croûtes

les buveurs de vins vieux les errants de toujours

composent en gradins l'ordre mystagogique

des souvenirs naissants délaissés tout le jour

et reformant la nuit leurs rangs hypnagogiques



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top