Poèmes

Aux Prunes

par Louis Aragon

Louis Aragon

à
Benjamin
Pèret

Benjamin
Benjamin les oiseaux sont en flammes
La nature un instant a suspendu son cours
C'est le temps des yeux verts
Entends le cri des femmes
Qui mêlent leurs cheveux au sable de leurs jours
Entends les doux ramiers dire à leurs tourterelles
Tourterelles

Et répéter sans fin que la fidélité
A de charmants regards alternés de querelles
Qui peuplent les rameaux mûrissants de l'été
Benjamin
Benjamin jamais c'est beaucoup dire
Toujours n'est qu'un cricri caché par le gazon
Prends tes guêtres
Crois-moi
Pourquoi sans cesse écrire Écrire c'est une prison

Vois les hirondelles

Fais comme elles

Vois les petits bleus

Fais comme eux

Et glisse

Le chapeau sur l'oreille et ton Épingle de diamant dans la cravate
Sur les rails aériens des fils de laiton


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top