Aumont, Dominique Pagnier
Poèmes

Aumont

par Dominique Pagnier

Au jour court, la maison du garde est en lisière avec le visage enfermé d'une fille. De là suivre à la trace la fée Lusigne qui amena l'invasion vandale du Barrois. La
guerrière n'a plus de consistance, sinon celle d'une gelée blanche qui ravage encore un peu plus la prèle et la feuille morte.

II

Retour de chasse. Une gloire corrige les visages. Les visages s'orientent vers ce lointain où passent et se défont les châteaux nuageux. Ces énigmes seront portées dans
un de ces livres d'automne, comme le chagrin de l'esseulée dont le fiancé éphémère est achevé par le brouillard dans les tranchées. Les vieux cuivres du reich
bruissent sous la pluie fine. En fin de ligne, entrevu et sans voix, boitille le brocard, héritier taré des derniers ottonides.

III

Les essences alors confondues dans le dépouillement universel, c'est de loin en loin le vide qui se métamorphose par la fuite des taillis. Les âmes, comme elles transhument par
là, sont reconnues à leur parfum de mousse et de fumée bleue. Ou les bois ainsi qu'une cursive pâle à l'horizon.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top