Poèmes

Adam et Eve

par Jean-Michel Bollet

Dès que prit fin le Ramadan
Avec le jeûne qui s’achève,
Il se souvint du décadent
Qui croqua le fruit de son rêve
Dans un jardin loin de Genève
En s’écriant : « Mon Dieu, ma dent
Vient de casser, crois-tu jeune Eve
Qu’il s’agirait d’un accident ? »
- Ecoute et prends un verre, Adam :
Dans une apparition brève,
Un grand serpent persuadant
Me dit « prends cette pomme ou crève. »
Je ne pus signer une trêve
Avec ce parleur dégradant
Dont la langue jamais en grève
Est un glaive dissuadant.



Poème publié et mis à jour le: 07 dcembre 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top