Poèmes

A un Ami

par Gérard de Nerval

Gérard de Nerval

Mon ami, vous me demandez si je pourrais retrouver quelques-uns de mes anciens vers, et vous vous inquiétez même d'apprendre comment j'ai été poète, longtemps avant de
devenir un humble prosateur 3.

Je vous envoie les trois âges du poète—il n'y a plus en moi qu'un prosateur obstiné. J'ai fait les premiers vers par enthousiasme de jeunesse, les seconds par amour, les
derniers par désespoir. La Muse est entrée dans mon cœur comme une déesse aux paroles dorées ; elle s'en est échappée comme une pythie en jetant des cris de
douleur. Seulement, ses derniers accents se sont adoucis à mesure qu'elle s'éloignait. Elle s'est détournée un instant, et j'ai revu comme en un mirage les traits
adorés d'autrefois

La vie d'un poète est celle de tous. Il est inutile d'en définir toutes les phases. Et maintenant :

Rebâtissons, ami, ce château périssable

Que le souffle du monde a jeté sur le sable,

Replaçons le sopka sous les tableaux flamands... *


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top