Poèmes

A J-Y Colonna

par Gérard de Nerval

Gérard de Nerval

La çonnais-tu,
Daphné, cette vieille romance
Au pied du sycomore... ou sous les mûriers blancs,
Sous l'olivier plaintif, ou les saules tremblants,
Cette chanson d'amour, qui toujours recommence?

Reconnais-tu le
Temple au péristyle immense.
Et les citrons amers où s'imprimaient tes dents,
Et la grotte fatale aux hôtes imprudents,
Où du serpent vaincu dort la vieille semence?

Sais-tu pourquoi, là-bas, le volcan s'est rouvert?
C'est qu'un jour nous l'avions touché d'un pied agile,
Et de sa poudre au loin l'horizon s'est couvert!

Depuis qu'un
Duc
Normand brisa vos dieux d'argile,
Toujours sous le palmier du tombeau de
Virgile
Le pâle hortensia s'unit au laurier vert.


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top