À Celui dont les Lettres Capitales du Rondeau Portent le Nom, Clément Marot
Poèmes

À Celui dont les Lettres Capitales du Rondeau Portent le Nom

par Clément Marot

Vu ton esprit, qui les autres surpasse,
Je m'ébahis comment je prends audace
Composer vers.
Est-ce pour te valoir,
Touchant cet art ?
C'est plutôt bon vouloir,
Ou franc désir, qui mon cœur induit à ce.

Rien n'est mon fait : le tien est don de grâce.
Bref, ta façon en peu de rime embrasse
Raison fort grande, et sans grand peine avoir,
Vu ton esprit.

Or désormais, je veuil suivre la trace
De ton haut sens, duquel la veine passe
Entre les rocs du profond concevoir.
A tant me tais, mais si en tel savoir
Veux t'adonner, tu seras l'outrepasse,
Vu ton esprit.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top