Poèmes

Ville-De-Frisco

par Blaise Cendrars

Blaise Cendrars

C'est une antique carcasse dévorée par la rouille
Vingt fois réparée la machine ne donne pas plus de 7 à

8 nœuds à l'heure
D'ailleurs par économie on ne brûle que des escarbilles

et des déchets de charbon
On hisse des voiles de fortune chaque fois que le vent

est favorable
Avec sa face écarlate ses sourcils touffus son nez bourgeonnant master
Hopkins est un véritable marin
Des petits anneaux d'argent percent ses oreilles
Ce navire est exclusivement chargé de cercueils de

Chinois décédés en
Amérique et qui ont désiré se

faire enterrer dans la terre natale
Caisses oblongues coloriées de rouge ou de bleu clair

ou couvertes d'inscriptions dorées
C'est là un genre de marchandise qu'il est interdit de

transporter



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top