Poèmes

Une Heure pour la Folie, pour la Joie

par Walt Whitman

Une heure pour la folie, pour la joie ! Ô fureur ! qu’on ne m’enferme pas !
(Ces orages par quoi je me délivre, d’où viennent-ils ?
Mes hurlements au milieu des éclairs, du vent qui rage, quel est leur sens ?)

Je veux boire plus profond qu’aucun homme aux délires mystiques !
Tendres et sauvages douleurs ! (Mes enfants je vous les lègue,
C’est pour vous que je les chante, mari et épouse, j’ai des raisons pour cela.)
Qu’importe qui vous êtes, je veux m’offrir à vous en défiance du monde, vous
voir offerts à moi !
Oui ! revenir au paradis ! Ah ! timidité féminine !
Vous séduire à moi, plaquer sur vos lèvres le premier baiser d’un homme
déterminé.

Ô perplexité, nœud triple, mare sombre à l’eau profonde, qui s’illumine, qui
se dénoue !
Se hâter là où suffit l’amplitude d’air et d’espace !
Absoudre les anciens liens conventionnels, vous les vôtres, vous de mon côté !
Découvrir une nonchalance inouïe, suprêmement naturelle !
Débâillonner la bouche !
Sentir à tout moment, aujourd’hui, sa propre plénitude satisfaite.

Avoir envie d’invérifiable ! de transes !
Inexorablement fuir les ancres, les attaches !
Foncer libre ! aimer libre ! intrépide et casse-cou aller de l’avant !
Flirter avec la mort par provocation, par séduction !
Gravir d’un bond l’échelle du ciel jusqu’à l’amour qui m’attend !
M’y porter de toute l’ivresse de mon âme !
Me perdre si c’est écrit !
Mais remplir mes derniers moments d’une heure de liberté totale !
D’une courte heure de joie, de folie.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top