Poèmes

Je Suis Attendu par une Femme

par Walt Whitman

Je suis attendu par une femme, tout est en elle, rien ne manque,
Car le sexe manquerait-il, tout manquerait, comme si manquait le jus
de l’homme fait pour elle.

Tout, âme et corps, est dans le sexe,
Sens, preuves, puretés, orgueil, mystère maternel, lait séminal,
Espoirs, bénéfactions, legs généreux, foule des passions, amours, splendeurs,
plaisirs de la terre,
Gouvernements, juges, dieux, personnages escortés,
Tout est dans le sexe, fait partie du sexe, justifie le sexe.

Il n’a pas honte mon ami l’homme, il le sait, il l’avoue, le plaisir délicieux
que lui donne son sexe,
Elle n’a pas honte mon amie la femme, qui sait et qui avoue le sien.

C’est pourquoi vous me voyez quitter tout de suite la femme froide,
Pour aller chez celle qui m’attend, et autres femmes au sang brûlant qui
sont à mon goût,
Elles me comprennent, elles, elles ne me frustrent pas,
Elles sont à ma mesure, je veux être leur époux solide.

Mes égales parfaites,
Au visage hâlé par l’éclat du soleil, par le souffle des vents,
Qui ont cette vieille félinité et fermeté divine en leur chair,
Qui savent nager, qui savent ramer, monter à cheval, lutter, tirer au fusil,
courir, frapper, décrocher, avancer, résister, se défendre,
Et vont aux extrémités pour leur droit – calmement, calmement, en
parfait sang-froid.

Je vous prend dans mes bras, femmes,
Et ne vous lâche pas, je vous ferai du bien,
Je suis dans votre camp comme vous dans le mien, pas seulement pour vous,
mais aussi pour les autres,
Car dorment enveloppés en vous de plus gigantesques héros et leurs bardes
Qui refusent d’êtres réveillés par un autre que moi.

C’est moi, femmes, me voici, j’entre,
Je suis dur, acéré, grand, indissuadable, et qui vous aime
Sans vous blesser plus profondément qu’il ne faut,
Répandant à foison la matière à faire naître filles et fils aptes à nos Etats,
vous pressant lentement de mon muscle rigide,
M’armant de patience efficace, n’écoutant nulle supplique,
N’osant pas m’en aller tant que n’aura pas été libérée cette longue accumulation
en moi .

En vous j’épuise les rivières comprimées de mon être,
En vous j’enclos un millier d’années pour le futur,
Sur vous je greffe les greffes de mes propres préférences qui sont le choix de
l’Amérique,
Ces gouttes que je distille en vous deviendront filles athlétiques et fortes, nouveaux
artistes, chanteurs ou musiciens,
Ces enfants que j’engendre avec vous, à leur tour reproduiront leur descendance,
J’escompte de mes frasques amoureuses des hommes, des femmes parfaits,
J’attends d’eux, comme nous à présent, qu’ils s’interpénètrent,
Me fondant sur la fertilité de leurs vagues inondantes comme je compte sur la fertilité
des vagues déferlantes que je libère ici,
Espérant voir lever d’amoureuses moissons d’entre ces plants de vies, naissance,
mort, immortalité qu’en vous je plante amoureusement.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top