Poèmes

Un bateau dans la mer

par Jean-Michel Bollet

Ce matin, le soleil sanguin de la mer monte
Comme la veille encore, aussi rond qu’isolé
A coté d’un fil de nuage désolé
De gêner le ciel bleu qui s’exhibe sans honte.

Un trois-mâts minuscule, à perte d’horizon,
Goûte la solitude et paraît immobile
Sous le lent tournoiement d’un petit volatile
Etonné qu’on plane sur l’eau ; la flottaison

Lui étant inconnue ainsi que cette espèce
Egarée, solitaire au milieu des flots verts
Sans palmes, sans ailes pour aller voler vers
Une terre solide où pousse une herbe épaisse.

Midi : l’étoile luit et s’est évanoui
Le bateau ébloui dans l’eau peu pacifique
Rassemblée jusqu’ici de toute l’atlantique
Pour battre l’ennemi au courage inouï.

Lui, l’âme forgée sans le souci de son sort
S’est affranchi du code autant que de la lettre
Sans pactiser avec la mer pensant que l’être
Ne doit se soumettre qu’à la loi du plus fort.

Le soleil s’est couché avec douleur et rêve
A ses feux qui furent témoins de vérité ;
L’océan s’est encré avec austérité
Et se referme sur un destin qui s’achève.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top