Trajet de la vie, Heinrich Heine
Poèmes

Trajet de la vie

par Heinrich Heine

Des rires et des chants ! étincellent et papillonnent
Les lumières de l’été. Les vagues bercent
La barque en joie. J’y étais assis
Avec des amis chers et un esprit léger

La barque se brise en ruines vaines,
Les amis étaient mauvais nageurs,
Ils sombrèrent dans la terre natale,
Moi la tempête m’a jeté sur la rive de la Seine.

J’ai embarqué dans un nouveau vaisseau,
avec de nouveaux camarades ; me roulent
et me bercent les flots étrangers, deci delà –
Combien lointaine la patrie ! comme mon cœur est lourd !

Et de nouveau ce sont des rires et des chants –
Siffle le vent, les planches craquent –
Au ciel la dernière étoile s’éteint –
Comme mon cœur est lourd ! La patrie combien lointaine !



Poème publié et mis à jour le: 10 aot 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top