Sonnet Cxxv, Jean-Baptiste Chassignet
Poèmes

Sonnet Cxxv

par Jean-Baptiste Chassignet

Mortel, pense quel est dessous la couverture

D'un charnier mortuaire un corps mangé de vers,
Descharné, desnervé, ou les os descouvers,
Depoulpez, desnouez, délaissent leur jointure :

Icy l'une des mains tombe en la pourriture
Les yeux d'austre costé destournez à l'envers
Se distillent en glaire, et les muscles divers
Servent aux vers goulus d'ordinaire pasture.

Le ventre deschiré cornant de puanteur
Infecte l'air voisin de mauvaise senteur
Et le né my-rongé difforme le visage ;

Puis, connoissant
Testât de la fragilité,

Fonde en
DIEU seulement, estimant vanité
Tout ce qui ne te rend plus sçavant et plus sage.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top