Rues de Paris, Marie-Claire Bancquart
Poèmes

Rues de Paris

par Marie-Claire Bancquart

Tellement utile, Caïn. Pourquoi tuer

Abel, ce faux jeton, sauf

par impérieuse injonction divine?

Tellement utile, Judas

honoré par

d'aventureux dévots

comme jumeau du Christ.

Braconnages de révolte. Où, sinon

dans les plus étroites rues de Paris que brûle l'été?

Elles débouchent sur une pauvre boulangerie juive

(pains azymes, gâteaux au cumin).

Station Saint-Paul, un kiosque expose

des titres: meurtre , violence, trahison,

sans que personne prenne garde à ces comptines.

Salut, père Caïn, père Judas

prolifiques

mais

votre aventure a descendu beaucoup d'étages.

Encore vaut-il mieux, seul, grommeler la mort

qui ne manquera pas sa planque, au bout de quelque rue,

dans le quartier où s'est pendu Nerval.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top