Requeste a Monseigneur de Bourbon, François Villon
Poèmes

Requeste a Monseigneur de Bourbon

par François Villon

François Villon

Le mien seigneur et prince redoubté,
Fleuron de lys, royalle geniture,
François
Villon, que
Travail a dompté
A coups orbes, par force de bature,
Vous supplie par ceste humble escripture
Que lui faciez quelque gracieux prest.
De s'obliger en toutes cours est prest.
Si ne doubtez que bien ne vous contente :
Sans y avoir dommaige n'interest,
Vous n'y perdrez seulement que l'attente.

A prince n'a ung denier emprunté,
Fors a vous seul, vostre humble créature.
De six escus que luy avez preste,
Cela pieça il meist en nourriture.
Tout se paiera ensemble, c'est droiture,
Mais ce sera legierement et prest;
Car, si du glan rencontre en la forest
D'entour
Patay, et chastaignes ont vente,
Paie serez sans delay ny arrest :
Vous n'y perdrez seulement que l'attente.

Se je peusse vendre de ma santé
A ung
Lombart, usurier par nature,
Faulte d'argent, m'a si fort enchanté
Que j'en prendroie, ce cuide, l'adventure.
Argent ne pens a gippon n'a sainture;

Beau sire
Dieux ! je m'esbaïs que c'est
Que devant moy croix ne se comparoist,
Si non de bois ou pierre, que ne mente;
Mais s'une fois la vraye m'apparoist,
Vous n'y perdrez seulement que l'attente.

Prince du lys, qui a tout bien complaist,
Que cuidez vous comment il me desplaist,
Quant je ne puis venir a mon entente?
Bien entendez; aidez moy, s'il vous plaist :
Vous n'y perdrez seulement que l'attente.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top