Les Regrets de la Belle Heaumière, François Villon
Poèmes

Les Regrets de la Belle Heaumière

par François Villon

François Villon

Advis m'est que j'oy regretter
La belle qui fut hëaulmière,
Soi jeune fille souhaiter
Et parler en telle manière : «
Ha ! vieillesse félonne et fière,
Pourquoi m'as si tôt abattue?
Qui me tient, qui, que me fière
Et qu'à ce coup je ne me tue?

«
Tollu m'as la haute franchise
Que beauté m'avait ordonné
Sur clercs, marchands et gens d'Eglise :
Car lors il n'était homme né
Qui tout le sien ne m'eût donné,
Quoi qu'il en fût des repentailles,
Mais que lui eusse abandonné
Ce que refusent truandailles.

«
A maint homme l'ai refusé,
Qui n'était à moi grand sagesse,
Pour l'amour d'un garçon rusé,
Auquel j'en fis grande largesse.
A qui que je fisse finesse,
Par mon âme, je l'aimais bien.
Or ne me faisait que rudesse,
Et ne m'aimait que pour le mien...

«
Or est-il mort, passé trente ans,
Et je remains, vieille, chenue.
Quand je pense, hélas! au bon temps,
Quelle fus, quelle devenue ;
Quand me regarde toute nue,
Et je me vois si très changée,
Pauvre, sèche, maigre, menue,
Je suis presque toute enragée.

«
Qu'est devenu ce front poli,
Ces cheveux blonds, sourcils voultis,
Grand entrceil, le regard joli,
Dont je prenais les plus soutis;
Ce beau nez droit, grand ni petis,
Ces petites jointes oreilles,
Menton fourchu, clair vis traictis,
Et ces belles lèvres vermeilles?...

«
Ainsi le bon temps regrettons

Entre nous, pauvres vieilles sottes,

Assises bas, à croupetons,

Tout en un tas comme pelotes,

A petit feu de chenevotes

Tôt allumées, tôt éteintes;

Et jadis fûmes si mignottes !

Ainsi en prend à maints et maintes. »



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top