Poèmes

Phénix

par Thérèse Aubray

Passages !
Et de nouveau la mort et de nouveau la vie.
Que je ne sache plus ce qui en moi veut vivre
Ou veut mourir.
Surtout ne pas entendre et ne pas regarder,
Ne pas savoir !
Et que la flamme éclate et lacère le sang
Le beau désir, de soi-même inconscient,
Qui brûle et meurt de vivre et redescend
La pente de l’oubli, le grand trou bourgeonnant
D’où le feu naisse, et monte et recommence.



Poème publié et mis à jour le: 24 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top