Poèmes

Pensées Nomades

par Gaël Brulé

La vie n’est pas toujours logique.

Tant mieux.

Tant mieux, puisque
La logique parfaite, l’ordre ultime, c’est la mort
Alors que le désordre ultime c’est le chaos.

Il est d’ailleurs amusant
Que cette chose merveilleuse qu’est la vie
Navigue entre le chaos et la mort
Sorte d’étincelle improbable entre deux mondes qui ne veulent pas d’elle

La vie n’est pas toujours logique

Ainsi il est un peu étrange que
‘Nomade’ soit l’anagramme de domane (demain)
Alors que ‘sédentaire’ finit par ‘air’,
Alors que le premier ne pense que peu au jour suivant
Et que le côté aérien au second manque cruellement.

Le monde d’aujourd’hui est largement sédentaire.

Par la pensée du moins
Pas forcément par les corps
Qui paradoxalement
N’ont jamais autant bougé.

Le monde de demain, lui
Sera davantage nomade ou ne sera pas.

Nomade par la pensée, par l’âme,
Plus que par les corps ou les trajets.

L’esprit sédentaire exploite la Terre et bien trop souvent l’atterre
L’esprit nomade est lié aux éléments, il est jusqu’au bout de ses ailes, aimant
L’esprit sédentaire voit souvent dans l’Autre un adversaire
L’esprit nomade voit davantage un partenaire, un frère
L’un est peur et colère, l’autre épuré comme l’air.

L’esprit sédentaire préfère régner seul sur son micro-royaume
Plutôt que d’embrasser à plusieurs la diversité de la Terre
L’esprit sédentaire sépare, coupe, enferme
L’esprit nomade joint, dépasse, transcende
L’esprit sédentaire, gouverné par la peur,
Veut posséder.
Une maison, des objets, des gens,
Sa vie est une accumulation d’accumulations
Sorte d’accumulation au carré
Ou de pré carré d’accumulations.
L’esprit nomade, gouverné par l’amour,
Veut vivre.
Des voyages, des aventures, des expériences
Sa vie est une suite de suites.

L’esprit sédentaire pense que le temps est unique, linéaire
Il divise, rationalise
L’esprit nomade sait que via l’amour
Le temps est multiple et expansif

Pour l’esprit sédentaire, tout est solide, linéaire, fragmentable, même le temps
Pour l’esprit nomade, tout est fluide, courbe, éthérique, comme le vent
Pour l’esprit sédentaire, le vieillissement est dû à l’âge
Pour l’esprit nomade, il est une petite mort de l’âme,
Un manque d’air pour sa flamme intérieure.

On nous a dit
Que les identités étaient uniques et fragmentées
Ne pourraient-elles plutôt multiples et liées?

On nous a dit
Que les frontières étaient figées,
Qu’en dehors de chez nous c’est ailleurs.
Et si le ‘ailleurs’ était aussi chez nous
Et le ‘chez nous’ un endroit ouvert?

On nous a dit
l’homme est un loup pour l’homme
C’est comme ça regarde les animaux
On nous a dit
La vie c’est un travail, une famille et un pays.

On nous a dit
Une vie c’est un papa une maman
Et deux enfants
C’est comme ça regarde les animaux

On nous a dit
Endette-toi sur trente ans
Achète-toi un lopin de terre et poses-toi
C’est la vie c’est comme ça
De quoi te plains-tu tu as plein de choix
Appartement ou maison
Essence ou diesel
Marié ou divorcé
Mort-vivant ou mort-mort

L’esprit sédentaire a séparé, divisé
Tout au nom de la propriété
L’esprit sédentaire a peur de la liberté
Il aime à peine la vie
Chaque jour il tue la nature
Mais de ça il n’en a cure
Et puis ce n’est pas de sa faute
Ce sont les multinationales, les lobbys
Extensions malsaines de son esprit

L’esprit sédentaire est schizophrène,
Les vieux blâment les jeunes
De tous les maux
Les jeunes traitent les vieux
De tous les mots
Changement de génération
Ou juste discontinuité de l’égo?

L’esprit sédentaire a tué la nature
Il a tué son prochain
Et sa prochaine
On nous a dit
C’est la faute de l’Autr…

On nous a dit, on a dit.
On nous a menti, on a menti.
On a menti, on s’est menti
On nous a perdus, on s’est perdu.

Ce mode de pensée doit finir.

N’est-il pas possible de voir qu’il n y a pas d’Autre
En dehors de soi ?
Pas de frontières
Qui mentale ne soit?
Pas de ‘réalité’
En dehors de nos cerveaux étriqués?
Que ces frontières au fond n’existent pas?
Que l’Autre n’est qu’une extension de nous?
Nous une extension de l’Autre?

N’est-il pas possible de voir que nous n’existons pas en dehors de notre Terre?
Que nous ne sommes qu’un mariage de terre et d’éther?
Que les descendants de Caïn ont tué leur meilleure moitié?
Que nous ne survivrons pas si nous ne parvenons à les réconcilier?

Le monde de demain sera davantage nomade ou ne sera pas
Pas forcément dans nos corps et nos trajets
Mais dans nos nos esprits et dans nos âmes
Dans nos sens
Et notre essence.

Le monde de demain sera davantage nomade ou ne sera pas.

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top