Le petit nouveau poème de Jean-Michel Bollet
Poèmes

Le petit nouveau

par Jean-Michel Bollet

Germain disait bien je suis le petit Nouveau
Qui mettra son dos sur le ventre de sa mère
Un jour où le tombeau montera d’un niveau
Pour accueillir un autre et ni vache ni veau
N’iront brouter là où la terre s’agglomère.

Se dira aux petits-fils ici c’est mémère
Qui porte son enfant jusque dans le caveau
Alors qu’un voix de païenne ou de commère
Répandra qu’une garce est la vie éphémère
Qui n’a pas dans la tête une once de cerveau

La vie donne à la mort le soin d’unir les corps
Qu’elle a laissé pourrir par volonté obscène
Bien qu’elle s’amusât autour de beaux décors
Avec une harmonie belle et de beaux accords
En laissant l’acte de mère-enfant dans la scène

Germain descendant du vivant de l’éocène
Tourna le dos à sa mère sans son accord
En sachant que l’ordre ne fut pas un mécène
Assistant le petit nouveau dans le record
De battre la vie pour marier son décor.


Poème publié et mis à jour le: 06 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top