Poèmes

Maroc

par Lou Mishel

Sur la terrasse du café Hafa
L'océan me lance d'un calme plat
Sa poésie dont les vers s'accrochent à la falaise
Et s'envolent les uns après les autres jusqu'à la magana
Pour me donner l'heure de la sereine paix à Essaouira
De laquelle, m'attend amarré, un bateau de joie
Me faisant dériver jusqu'à la Marina
Et sa vallée des oiseaux dont un me chante déjà
En bas de la montagne d'Agadir :" Dieu, patrie et roi
Dans les flots jaillissants d'Imouzzer
J'écris sur chaque cascades, quelques vers
Puisés à l'ombre des murs remparts
D'un Tiznit au "Sultan bleu"ouvrant ses trois portes
Et réveiller notre âme au son bruyant des vagues qui nous emportent

Sur les hauteurs de Tafraout la rose
Je chante ma poésie aux arganiers
Et se mettent à danser en file indienne, les amandiers
Au fil de l'oued Sidi Mansour, devenu prose
Quelques trous dans les remparts de Taroudant
Se fleurissent et en les contemplant
Ce sont mille vers surgissant de mon âme d'enfant
Et qui me font arpenter un sentier menant
Au cratère d'un volcan silencieux
Devenu le refuge des oiseaux migrateurs
Qui comme moi, trouve sur cette terre
Le plus grand vers d'une poésie arabo berbère
Se tatouant en plein coeur, été comme hiver

Sur la terrasse du café Hafa
Le soleil est venu me rejoindre des tas de fois
Et la joie s'immiscent lentement en moi
Assise à l'ombre d'un arbre ancestral
Je déposais mes yeux sur le bleu mistral
Qui se tenait devant moi , immense et fière
Je me leva alors pour aller me jeter dans sa crinière
De torsades d'eau et de sable chaud

Lou Mishel

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top