L'Enterrement de Verlaine, Paul Fort
Poèmes

L'Enterrement de Verlaine

par Paul Fort

Paul Fort

Le revois-tu mon âme, ce Boul' Mich' d'autrefois

Et dont le plus beau jour fut un jour de beau froid :

Dieu : s'ouvrit-il jamais une voie aussi pure

Au convoi d'un grand mort suivi de miniatures ?

Tous les grognards - petits - de Verlaine étaient là,

Toussotant, Frissonnant, Glissant sur le verglas,

Mais qui suivaient ce mort et la désespérance,

Morte enfin, du Premier Rossignol de la France.

Ou plutôt du second (François de Montcorbier,

Voici belle lurette en fut le vrai premier)

N'importe ! Lélian, je vous suivrai toujours !

Premier ? Second ? vous seul. En ce plus froid des jours.

N'importe ! Je suivrai toujours, l'âme enivrée

Ah ! Folle d'une espérance désespérée

Montesquiou-Fezensac et Bibi-la-Purée

Vos deux gardes du corps, - entre tous moi dernier.



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top