Poèmes

Le Destin du Philosophe

par Emma le Coz

Ma volonté se brise
Comme le vase de Soissons
Et bien qu'on me méprise,
Je garde mes émotions

Mon ancien orgueil
Se change en sentiments
Et maintenant,seul,
Plus jamais je ne les ressent

Le monde m'abandonne
Dans ma triste prison
Au dehors,on claironne
Pour annoncer ma pendaison

Mon âme ne mourra pas
Très haut,elle s'envolera
Vers des plaisirs merveilleux
Et des discours plus gracieux

Toujours ,on festoiera
Au rythme d'une symphonie
Pour annoncer le pas
Vers une nouvelle vie

Cette grande renaissance
Je la dois avec reconnaissance
A mes frères mortels
Qui m'ont rendu éternel

Avec calme et harmonie
Je les narguerai d'ici
Une coupe de vin à la main
Pour montrer mon beau destin

Adieu ! Ô cruels humains !
Ni à plus tard ,ni à demain !
A jamais je vous salue,
Pauvres mules têtues !

Apprenez de vos erreurs;
Et moins infâmes vous deviendrez
Vous connaitriez le bonheur
Si enfin vous sachiez
Qu'il ne faut pas tout négliger..

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top