Poèmes

L’Adieu

par Charles Dumas

Jadis les trois fils du Roi
M’ont aimée au clair de lune...
Jadis les trois fils du Roi
Se sont perdus dans les bois.

J’étais près de la fontaine,
Je regardais l’eau couler,
Quand trois voix encor lointaines
L’une après l’autre ont parlé.

La plus haute dit : « J’ai froid. »
(J’entendis les fils du Roi.)
— « Ce n’est pas l’eau qui murmure.
Rêvait sans fin la plus claire.
— « Il y a de la lumière, »
Chanta la plus pure.

Jadis les trois fils du Roi
Sont venus la nuit vers moi.

Le premier sourit : « Jolie,
Où que tu sois née,
J’aime ta mélancolie
De princesse abandonnée. »

Le plus fier n’avait pas vu
Que j’étais pieds nus.

Le plus jeune, à deux genoux,
S’embaumant de mes cheveux,
Modulait très doux : « C’est Vous,
C’est Toi seule que je veux. »

Le plus beau des fils du Roi,
Le plus beau m’a dit : « Je t’aime. »
Jadis les trois fils du Roi
M’ont baisé les mains tous trois...

— Messeigneurs, laissez mes mains
Et passez votre chemin...
— Nous partirons dès l’aurore...
— Monseigneur, restez encore...

— L’on ne peut pas vivre ici,
Tu viendras aussi...

— Seigneur, ma pauvre couronne
Est de fleurs d’automne,
Mes pauvres bijoux, Seigneur,
Sont gemmés de pleurs...

C’était l’aube. Je me tus.
L’un dit alors : « C’est dommage. »
L’autre reprit : « Je suis triste... »
Le plus beau ne disait rien :
Ses yeux bleus au fond des miens
Ne me voyaient plus...

— Seigneur, Seigneur, vos deux frères
Sont déjà dans la clairière...

Alors il mit à mon doigt
Son anneau de fils de Roi.

— Allez-vous-en, Monseigneur...
— J’ai promis de t’épouser...
— Voici votre anneau, Seigneur,
Moi je garde le baiser. »

Extrait de: 
1903, L’Eau Souterraine



Poème publié et mis à jour le: 13 aot 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top