Poèmes

Immobilité

par Béatrice Machet-Franke

immobilité

premier mot qui traverse
un espace où pas même la fuite ...
s'est-elle brisée à l'assaut des falaises
s'est-elle retirée
basse marée définitive autant
que le définitif puisse se dire à l'échelle humaine
du temps
où tout converge où tout ramène
cette affaire
de temps

l'inscription fait récit
de l'herbe fripée à l'ombre qui rétrécit
je ne sais où placer l'oubli
dans le lointain
qui contient passé et futur
ce plein fouet
brusquement arrêté au seuil de la conscience
envoie sa rumeur de mer

et feuillues la vapeur me guide troncs en travers du chemin débardage interrompu
mais bruissant de toutes parts des bords des à-pic guettant l'énergie du rift
afin de reculer encore

ce mouvement d'écartèlement s'affaire
une rage en moi
comme cinglement de branches basses au retour
du passage indiscret
un effet boomerang
depuis la profondeur et pourtant lisière claire

certes opaque au regard
telle un paquet de mer
ce brouillard

où es-tu ...attends-moi....
balise hivernale la voix
sa façon d'affirmer qu'être
un jet de pierres un lancer de dés
un déposé de rosée qui soudain fait exister
le goût du sel l'odeur du sable

alors nos corps sont bien les baies humides
et s'offrent ports
d'attache ou de grand large
tout dans l'inachevé des chairs
dans l'escarpement une envie de rouler tête la première

une envie
de sentir
se souvenir
d'une première vague

rien n'est scellé
tout est balancé
il importe que se plie le monde
ainsi que le rocher calcaire sous la poussée

naître et vivre
cela se peut
recommencés
un matin où mouvements intimes où mouvements infimes
dans le figé de la montagne embrumée
dans la forêt

dans ce frémissement de langue

reconnaissent à la mer
le seuil de l'origine

Extrait de: 
semis dans les plis

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top