Désir, Guillaume Apollinaire
Poèmes

Désir

par Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire

Mon désir est la région qui est devant moi
Derrière les lignes boches
Mon désir est aussi derrière moi
Après la zone des armées

Mon désir c'est la butte du
Mesnil

Mon désir est là sur quoi je tire

De mon désir qui est au-delà de la zone des armées

Je n'en parle pas aujourd'hui mais j'y pense

Butte du
Mesnil je t'imagine en vain

Des fils de fer des mitrailleuses des ennemis trop sûrs

d'eux
Trop enfoncés sous terre déjà enterrés

Ca ta clac des coups qui meurent en s'éloignant

En y veillant tard dans la nuit
Le
Decauville qui toussote
La tôle ondulée sous la pluie
Et sous la pluie ma bourguignotte

Entends la terre véhémente

Vois les lueurs avant d'entendre les coups

Et tel obus siffler de la démence

Ou le tac tac tac monotone et bref plein de dégoût

Je désire
Te serrer dans ma main
Main de
Massiges
Si décharnée sur la carte
Le boyau
Gœthe où j'ai tiré
J'ai tiré même sur le boyau
Nietzsche
Décidément je ne respecte aucune gloire
Nuit violente et violette et sombre et pleine d'or pai moments
Nuit des hommes seulement

Nuit du 24 septembre

Demain l'assaut

Nuit violente ô nuit dont l'épouvantable cri profond

devenait plus intense de minute en minute
Nuit qui criait comme une femme qui accouche
Nuit des hommes seulement



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top