Poèmes

Des morts et des vivants

par Jean-Michel Bollet

Des morts et des vivants, tout cela qui s’entasse,
Visible, invisible, partout, dessous, dessus,
Plein de corps bien ou mal nés et toujours déçus
D’avoir bu trop d’exquis sans tasse ;

Des vivants et des morts comptés par la police
Avec des petites erreurs d’identité ;
Des tas de bras formant une grande entité
De chercheurs de poux sur peau lisse ;

Des mi-vivants, mi-morts, qui traînent dans la rue
Puis qui s’enferment dans les salles des cinés
Pour mater des acteurs qu’ils avaient dessinés
Quand leur désir était en crue.

Des tas d’os à ne voir que si la chair est maigre
Et des torses bombés sous des blousons serrés
Qui viennent à sortir pour être repérés
Par des filles à l’haleine aigre.

Des qui dansent les slows pour tenir une taille,
Des qui vont, qui s’en vont, des qui tournent en rond,
Des troncs trop courts, trop longs mais ce ventre girond
Au sang suintant sous une entaille…

Et toi, où es-tu, toi ? Dans la force de l’âge
Ou dans la faiblesse ouvrant la porte à l’hiver ?
Moi, je suis ce chêne qui entend le pic-vert
Me trouer un peu le branchage.



Poème publié et mis à jour le: 07 fvrier 2018

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top