Poèmes

DEFERLANT COMME TSUNAMI

par Belhamissi Sadek

De tous les pays le meilleur n'est ni le plus gros,
Ni de richesses, truffé mais celui de la liberté.
Celui-là en effet si préférable, bien plus beau
D’ une grande civilisation, luisant par les reflets.

Chaque dictateur fraîchement élu n’a qu’une idée,
La volonté de garder le pouvoir le plus longtemps,
Assouvir son désir, voir la constitution raccommodée
Autant son tailleur convoquer plutôt que parlement.

A un joug déplorable, et soumis tête baissée,
Des millions d'hommes misérablement asservis,
Non contraints, par un seul fascinés, ensorcelés,
Envers eux pourtant cruel avait écrit de La Boétie .

Citoyens ! Si un pouvoir oppresseur peut contenir
Un peuple durant longues et pénibles décennies,
Ce dernier debout, uni en un jour peut en finir
Le balayant au passage, déferlant comme tsunami.

.
Bzlhamissi Sadek le 23.08.2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top