Poèmes

Le Chant de la Faim

par Belhamissi Sadek

A chaque instant, un frère se couche
A même le sol sale, froid et son haillon.
Un autre, muette est devenue sa bouche,
Scellée solidement par un bâillon.

Les armes des soldats toutes meurtrières
Ont, tous les marchés populaires, vidé
Et près d’énormes poudrières
De gros chiens sont lâchés.

Les bêtes que nous sommes
En vrac, sont enfermées
Et ce sont d’autres hommes
Qui leurs frères, ont affamés .

Par une nuit sans une lumière,
Des bottes, en claquant
Sortir on fait, le pauvre père
Qui trépassera dans un camp.

L’enfant près de sa mère,
Ainsi privé de son pain,
Voit dans sa bouche amère
Naître le chant de la faim.

Et notre esprit se révolte
De voir une seule main
De fer, tenir comme pelote
Tout un peuple qui a faim.

La colère, sa bise vengeresse
Se dressa armée tout à coup,
Partout devenue maîtresse,
Crachant la mort sur tout.

Cette chanson est bien triste
Sans sa tragique réalité .
Tous les peuples optimistes
Veulent défendre leur liberté.

Par Belhamissi Sadek © 0006111620-6

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top