Poèmes

Compliment a un Autre Magistrat

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Ceci vaut le classique hexamètre. Écoutez

Religieusement, car ce sont vérités,

Ma parole sacrée, ou le diable m'emporte !

Il s'agissait de mettre un couvent à la porte

En vertu de décrets signés
Jules
Grévy.

Et ce fut un scandale énorme tôt suivi

D'un bien plus grand encor quand, pour le mémorable

Assaut, la garnison pourtant considérable :

Génie et trait et ligne encor se renforçait.

Dans l'importante ville forte que l'on sait,

De police rurale et de gendarmerie,


Plus, ultima ratio, de l'artillerie.

Mais reprenons.

Aux fins de sommer « l'ennemi »
Composé de quatre vieillards, d'une demi-Douzaine d'ordinands et du portier, l'usage
Veut que cela soit fait — l'usage est-il très sage ? —
En pareil cas, par le
Procureur du ressort.
Or, dans l'espèce, le
Procureur fit le mort.
On cherche, on fouille, l'on trifouille, l'on déterre.
Pas plus de
Procureur que sur la main.
Mystère !
Mystère ?
Non ! assure-t-on dans les salons ;
Non ! clame-t-on dans les cafés.

— «
Eh mais, allons,
Le
Petit la connaît, le
Petit n'est pas bête. »

Cependant la
Loi triomphait.
Dieu ! quelle fête
Pour la démocrassie et pour la liberrté
Solidaires dans l'indivisibilité !
On enfonça la porte à coups de hache et d'autres

Engins d'effraction, sous l'œil en patenôtres
D'un monsieur laid titré commissaire central.
Ceint d'un large torchon tricolore ventral.
Comme eût dit
René
Ghil pour fermer une écharpe.
Et les soldats honteux de cet exploit d'escarpe,
L'arme au pied, attendaient le signal de tirer,
De charger, de pointer, mais on put espérer
Bientôt qu'on n'aurait point besoin de ces extrêmes
Expédients, car bientôt s'en sortirent, blêmes
Mais fermes, leurs paquets à la main, les vaincus
Avec, au col, la main chacun de deux
Argus. (Lisez : « policiers », mais les besoins de la rime !)

Or pendant que l'on punissait ainsi le crime
D'être chez soi, priant, aumônieux et doux,
Monsieur le
Procureur, aux champs, soignait la toux
Qui l'avait justement pris la veille des choses.
Des oncles, bons chrétiens, s'étaient montrés moroses
Devant le « devoir » incombant à leur neveu
Qui,
Cid nouveau, luttant entre le monde et
Dieu, (Entre la révocation et l'héritage),
Prit ce biais d'être malade.

Après l'orage
Il revint dans sa bonne ville, très guéri
Et très bientôt, grâce à du zèle dru, nourri,


Tel le feu d'une armée au cœur d'une bataille —
Se vit promu, malgré les rires, — faut qu'on raille !


Président, s'il vous plaît, du
Tribunal civil
De la ville, et taxé par les uns d'être vil,

Par les autres d'être un malin...
C'est bien la vie !

Magistrature que l'Europe nous envie !



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top