Poèmes

C'etait Affreux...

par Francis Jammes

C'était affreux ce pauvre petit veau qu'on traînait tout à l'heure à l'abattoir et qui résistait,

et qui essayait de lécher la pluie

sur les murs gris de la petite ville triste.

O mon
Dieu!
Il avait l'air si doux

et si bon, lui qui était l'ami des chemins en houx.

Ô mon
Dieu!
Vous qui êtes si bon,

dites qu'il y aura pour nous tous un pardon

— et qu'un jour, dans le
Ciel en or, il n'y aura plus de jolis petits veaux qu'on tuera,

et, qu'au contraire, devenus meilleurs,

sur leurs petites cornes nous mettrons des fleurs.

Ô mon
Dieu!
Faites que le petit veau

ne souffre pas trop en sentant entrer le couteau...



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top