Poèmes

Bois Rongés

par Blanchemain Dominique

Dans le silence
Les pas sur les feuilles

Et le vieux

Et les aboiements au loin
Et les portes qui grincent
Le ciel désappointé
Le ciel en pleure
Les pas qui claquent
Avec l'abandon en coin

Et le vieux

Qui marche
Parce qu'il faut quand même marcher

Le vieux

Qui gondole
Sous le poids de sa mémoire
Et le chien qui le regarde
Soumis dans sa nuit
Et le chien qui attend
Défait dans son renoncement

Et les aboiements des peurs
Et les portes qui frappent

Tous ces maux vieillissants

Et le vieux qui se regarde sombrer
Dans les yeux de son chien

On se sent toujours trop vieux
Quand on se sent trop seul

« Allons mon chien

Mon chien

Il faut quand même ramasser le bois ! »

Mars 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top