Poèmes

L'Arbre de Vie

par Asti

Hier j'étais une frêle petite graine
germant sans cesse vers la lumière.
J'étais plein d'ardeur et d'ambition
m'élevant heureux vers les sommets.
A la découverte de ce nouveau monde,
verdoyant à souhait, je frémissais emplis de vie,
à l'aube de mes premiers printemps.

Aujourd'hui je trône de ma hauteur sereine
en regardant ce monde de prière.
Fier de mon imposante position
mais tant de pensées désespérées.
Quel triste et sombre résultat immonde
qui a fait perdre éclat à ma chevelure défraichit,
au zénith de mes flamboyants automnes.

Demain mes bois séchés de leurs veines
verront-ils encore ces merveilles d'hier.
Ou seulement la noirceur de vos actions
qui rendent l'eau impropre et pollué.
Le poids de l'air impur se noie dans l'onde
et passe l'aile du temps qui m'affaiblis,
au crépuscule de mon éternel hivers.

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top