Aux Âmes Disparues poème de Belhamissi Sadek
Poèmes

Aux Âmes Disparues

par Belhamissi Sadek

Mais où êtes vous braves gens
hommes, femmes, tout - petits.
Gouffre sans fond, est il vrai que le temps
vous ait tous à jamais engloutis ?
.
Seulement hier, il y a un instant encore,
tout comme nous, vous souriait, la vie.
Nul ne saura la nature de ce sort,
ni comment ses élus, il choisit.

Le sort, le temps, la mort est leur amie..
Pauvres humains, avec eux point de sursis.
Que d’espoirs, que de richesses, enfouis,
que de misères et de détresses ensevelies !

Riches ou pauvres, faibles ou puissants,
petits ou grands, profanes ou savants,
vertueux ou démons, athées et croyants
tous ensemble, balayés par le temps.
.
Des stations inconnues pour un train mystérieux,
à chacun la sienne, à chacun son tour,
Il file à toute allure, emportant jeunes et vieux,
pauvres humains, sans espoir de retour.

Commentaires succincts/
.
_A la fin de l’existence, .personne ne sait où il se dirige au crépuscule de sa vie . C’est pourquoi je parle de stations « inconnues » .tout le monde est embarqué dans le même train (image du temps différente de celle du premier quatrain où il aspire tout tel un trou noir dans le cosmos d’où l’appellation de gouffre sans fond ).et en même temps ce train nous transporte réellement dans le temps :dimension elle-même bien mystérieuse .
_C’est pour cette raison que je dis train mystérieux .nous sommes tous embarqués dans un même train jeunes ,vieux mais chacun s’arrête à la station qui lui est destinée ,qu’il n’a pas choisie et de plus inconnue . il y a en réalité deux inconnues : personne ne sait à quel moment ,il doit rejoindre sa station de destination et quand il lui est ordonné de "descendre" ,il se dirige vers l’inconnu . (la vie que nous connaissons s’achève mais le nouveau chemin qui nous attend ,personne ne peut le définir ni le décrire .c’est un allez simple qui commence à notre naissance et qui s’achève selon un décret qui nous échappe complètement) .
_Il file à toute allure ,en parlant de ce train singulier pour rappeler que quelle que soit la durée de la vie d’une personne même plus que centenaire ,il lui semble avoir vécu tout au plus quelques heures, la dimension d’un film de cinéma ! Le temps passe très vite ,trop vite ,c’est ce que nous ressentons chaque jour !


Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top