Poèmes

Art Poétique

par Léo Ferré

J'ai bu du
Waterman et j'ai bouffé
Littré

Et je repousse du goulot de la syntaxe

A faire se pâmer les précieux à l'arrêt

La phrase m'a poussé au ventre comme un axe

J'ai fait un bail de trois six neuf aux adjectifs
Qui viennent se dorer, le mou à ma lanterne
Et j'ai joué au casino les subjonctifs
La chemise à
Claudel et les cons dits « modernes »

Le dictionnaire et le porto à découvert
Je débourre des mots à longueur de pelure
J'ai des idées au frais de côté pour l'hiver
A rimer le bifteck avec les engelures

Cependant que
Tzara enfourche le bidet
A l'auberge dada la crotte est littéraire

Le vers est libre enfin et la rime en congé
On va pouvoir poétiser le prolétaire

Littérature obscène inventée à la nuit

Onanisme torché au papier de
Hollande

Il y'a partouze à l'hémistiche mes amis

Et que m'importe alors
Jean
Genêt que tu bandes

La poétique libérée c'est du bidon
Poète prends ton vers et fous-lui une trempe
Mets-lui les fers aux pieds et la rime au balcon
Et ta
Muse sera sapée comme une vamp

Que l'image soit rogue et l'épithète au poil
La césure sournoise certes mais correcte
Tu peux vêtir ta
Muse ou la laisser à poil
L'important est ce que ton ventre lui injecte

Ses seins oblitérés par ton verbe arlequin
Gonfleront goulûment la voile aux devantures
Solidement gainée ta lyrique putain
Tu pourras la sortir dans la
Littérature


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top