Poèmes

Antichambre

par Christian Castillo

Il existe un lieu où se démettre
Entre un abandon et un peut-être
Une salle d’attente où se poser
Un désordre où se retrouver.

Un quai de gare où s’attarder
Avant d’être au prochain arrêt
Parfois le train est annulé
Le temps de savoir où aller.

Une pièce entre deux pièces
Où délaisser sa tristesse
Mettre sa vie (entre parenthèses)
Verrouiller son cœur et son malaise.

C’est une porte condamnée
La fatalité du passé
Son poids empêche d’avancer
De parvenir à qui l’on est

Il existe un fossé qui sépare
Qui nous éloigne, qui nous répare
Un gouffre où jeter son désir
L’amour se cache pour mourir

C’est un désert au fond de nous
Un vent de sable emporte tout
Un néant où l’apesanteur
Suspend le temps et la douleur.

C’est une porte entrouverte
Une issue ou notre perte
La lumière au bout du tunnel
Un paradis artificiel

Il existe une île entre deux rives
Un refuge sans âme qui vive
Île déserte entre deux eaux
Où se laisser couler incognito.

C’est une zone de transit
Parfois le lieu nous habite
C’est un calme pour écouter
Ce que l’intuition veut confier

Il existe un vide pour remplacer
Tout le vide que l’amour a laissé
Une vie entre deux vies,
Une antichambre, un abri,

Et j’y suis.

Extrait de: 
Antichambre

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top