À M. L'Oillart-D'avrigny, Jacques Delille
Poèmes

À M. L'Oillart-D'avrigny

par Jacques Delille

Le poète immortel d'Achille et d'Andromaque,
Jadis d'un ton harmonieux
Chanta le prince errant de la petite Ithaque ;
Grâce à tes vers ingénieux
L'Ulysse des Français nous attache encor mieux.
À travers les écueils, sur les gouffres de l'onde,
Nous demandons aux mers sa poupe vagabonde ;
Et, tremblants pour ses jours chéris,
Craignons, en la cherchant, de trouver ses débris.
Sa Pénélope, hélas ! dans le royaume sombre,
Peut-être maintenant accompagne son ombre ;
L'impatient désir de retrouver l'époux
Qu'à ses embrassements ravit le sort jaloux,
Lui fit voir sans terreur les voûtes infernales,
Et du Styx les ondes fatales,
Qui, mieux que ses remparts de fer,
Défendent en grondant la porte de l'enfer.
Aujourd'hui, dans les bois des champs Elysiens,
Dont les paisibles citoyens
Bravent le triple cri des gueules de Cerbère,
Le couple heureux entend les vers du grand Homère.
Et se console en relisant les tiens.

Extrait de: 
Poésies fugitives (1807)



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top