Pour la Fête de M. Charles M***, Jacques Delille
Poèmes

Pour la Fête de M. Charles M***

par Jacques Delille

Dans la famille,
Autrefois j'arrivais gaiement,
Mais aujourd'hui sur ma béquille
Je viens un peu moins lestement
Dans la famille.

Dans la famille,
L'amitié choisit son séjour,
Le zèle y parait sans béquille,
Quand de Charles on fête le jour
Dans la famille.

Le cœur me grille
De revoir le charmant Clamart ;
Le bon goût, l'élégance y brille,
Et son bois me doit pour sa part
Une béquille.

Ce coin de terre
(Loin de lui ce lugubre honneur !)
N'est pas ce gîte où l'on enterre,
Le ciel garda pour le bonheur
Ce coin de terre.

Comme Antigone,
Qui se traîne à faire pitié,
Ma muse boite et m'abandonne,
Car mon vers est estropié
Comme Antigone.

Sur Antigone
Œdipe s'appuyait jadis,
Comme lui sans yeux, sans couronne,
De mon destin je m'applaudis,
Près d'Antigone.

À Mélanie
On doit bien au moins un couplet :
En chanson comme dans la vie,
Le bonheur n'est jamais complet
Sans Mélanie.

Extrait de: 
Poésies fugitives (1807)



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top