À M. Danloux, Peintre, Jacques Delille
Poèmes

À M. Danloux, Peintre

par Jacques Delille

Grâces à ces couleurs dont Zeuxis eût fait choix
Mon aimable Antigone existe donc deux fois ;
Dans un même tableau vit notre double image.
Reçois donc notre double hommage,
Hardi, correct, sage et brillant Danloux,
Qui sans rivaux, mais non pas sans jaloux,
De tous les goûts as conquis le suffrage.
Ainsi l'astre dont les rayons
Dirigent tes crayons,
Quand il a percé le nuage,
Par ses vives splendeurs plaît à tous les climats ;
Du Maure est adoré sur son brûlant rivage,
Dore les sommets de l'Atlas,
Du froid Caucase empourpre les frimas,
Pénètre dans la terre, étincelle sur l'onde,
Est l'âme, le foyer et le peintre du monde.
À cet art enchanteur qu'honore ton pinceau,
Et qu'enrichit encor ce chef-d'œuvre nouveau,
Mal à propos je servis de modèle,
Je le sais bien ; mais si j'en crois
Mes sentiments pour toi,
J'en puis servir à l'amitié fidèle.

Extrait de: 
Poésies fugitives (1807)



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top