Poèmes

Vivre un Monde de Merveilles

par François Creteau

Les jours nouveaux
Ne sont jamais beaux
Si on ne veut tôt
Les prendre beaux
Le poète ne peut d’amour
Avoir mauvais jour
Sa passion lui offre sourd
De penser séjour
En ces mots merveilleux
Qui en retour
Vous distille santé
D'être là toujours
Mal à l'aise
Non ô fadaise
Il se démène

Sa poésie vous soulève
Votre douleur ne se lève
Et votre âme s'élève
Laissant là votre fièvre
S’il écrit
Un autre monde vous berce
La tête dans les nuages célestes
Vous n'entendez rien
Vous ne voyez rien
Vous ne sentez rien
Seule sa poésie vous entraîne
Et sa bonne santé vous mène
Ô bonheur d'être à même...
De ne plus être dans la peine
Pour vivre un monde de merveilles

Mais voilà même passionné
Le berce son humilité
Quand lui-même s’oublie aisé
Pour offrir charité
En ne voulant rien imposé
Car il n’a le secret
Du monde idéal
Alors contraint il se sent sentimental
De se replier
Sur sa simplicité
Pour que chacun rassuré
Puisse toujours le visiter
Dans la pure commodité
De sa rusticité

☼ƑƇ

Extrait de: 
original

Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top