Visites, Paul Verlaine
Poèmes

Visites

par Paul Verlaine

Je n'ai pas vu d'arbres ni d'herbe
Ni de ciel, sinon un seul pan.
Durant tout cet été superbe

Dont on me rebat le tympan.
Ah çà, m"aurait-on donc jeté
Dans un cachot trop mérité?

Non, je suis simplement malade.
Mais un malade dès l'abord
En plein large, à la débandade,
Délire, coma, pris pour mort " ;
Puis je redevins l'alité
Classique — à perpétuité?

Et ce n'est pas que je m'ennuie.
Au moins, dans l'asile où je suis.
Pas de soleil *, mais pas de pluie.
J'y vis au frais, au chaud, et puis
Des visiteurs assidûment
V charment mon isolement.

C'est toi d'abord, ô bien-aimée,
M'apportant avec ta gaité
Dorénavant douce', l'armée
Des victorieux procédés
Par quoi tu m'as toujours dompté.
Conseil juste, forte bonté d...

Et ne voilà-l-il pas encore,

Ô miracle renouvelé

De vingt ans passés, que j'implore f

Depuis lors, contrit, désolé.

Que la grâce entre et me sourit.

De
Notre-Seigneur
Jésus-Christ !



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top