Poèmes

Villanelle D'amidor Reprochant une Légèreté

par Honoré D'urfé

À la fin celui l'aura
Qui dernier la servira.
De ce cœur cent fois volage,
Plus que le vent animé,
Qui peut croire d'être aimé
Ne doit pas être cru sage :
Car enfin celui l'aura
Qui dernier la servira.

À tous vents la girouette,
Sur le faîte d'une tour,
Elle aussi vers tout amour
Tourne le cœur et la tête : À la fin celui l'aura
Qui dernier la servira.

Le chasseur jamais ne prise
Ce qu'à la fin il a pris,
L'inconstante fait bien pis,
Méprisant qui la tient prise :
Mais enfin celui l'aura
Qui dernier la servira.

Ainsi qu'un clou l'autre chasse,
Dedans son cœur le dernier
De celui qui fut premier
Soudain usurpe la place :
C'est pourquoi celui l'aura
Qui dernier la servira.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top