Soleil D'hiver, Stéphane Mallarmé
Poèmes

Soleil D'hiver

par Stéphane Mallarmé

À Monsieur Eliacim Jourdain.

Phébus à la perruque rousse
De qui les lames de vermeil,
Ô faunes ivres dans la mousse,
Provoquaient votre lourd sommeil.

Le bretteur aux fières tournures
Dont le brocart était d'ors fins,
Et qui par ses égratignures
Saignait la pourpre des raisins.

Ce n'est plus qu'un Guritan chauve
Qui, dans son ciel froid verrouillé,
Le long de sa culotte mauve
Laisse battre un rayon rouillé :

Son aiguillette, sans bouffette,
Triste, pend aux sapins givrés,
Et la neige qui tombe est faite
De tous ses cartels déchirés !

Extrait de: 
Poèmes de jeunesse



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top