Rigueurs du Voilé, Zaghloul Morsy
Poèmes

Rigueurs du Voilé

par Zaghloul Morsy

I

Hors !

Usurpateur et impur

Dès le premier envol.

Oiseau de mort sur nos sables

Un arc en feu te tuera.

Car es-tu revenu, toi que l'air même a renié.

Toute aile cessante à l'instant du souffle immédiat ?

Dépossédé,

Tu as laissé le vent des nuits éteindre

En toi la flamme qui a mémoire dans l'éternel.

Tu ne peux y survivre

Le
Verbe t'ayant déserté

Déchiré dans le silence

Et sacrilège au grand jour !

Récitant des causes perdues,

Te voilà pris au piège

De signes périssables

Les réseaux tressés dans le temps...

La
Parole, le
Désert et rien d'autre sur nos lèvres.

Qu'atteindras-tu sophiste.

Qui trahis tant de voix sinon

Plus haut
Ton destin nu
De double mort
Hors tout langage ?

II

-
Que d'élusions n'as-tu pas consenties
Dans ton récit, multiple, sans garant.
Notre regard, pour voilé qu'il doive être
Sait de tes ruses
L'affût et le plein jour.

-
Nudité, mon mirage où le désir s'irise,
J'ai joué ma raison contre ton marbre mort
Et surpris dans sa nuit
Ta chair, pulpe d'ivresse interdite ô cerise.

-
S'il est un leurre, ce sera celui Étranger à nous qui avons racine
D'un amour rêvé qui n'a point flambe
En éternité, ou en feu de joie.

-
Je me souviens d'une nuit sans âge que nul soleil en moi

jamais ne peut éteindre.

Un fugitif trouvait refuge auprès de l'Étrangère immémoriale,

Contre la loi du sang, contre la loi des autres.

Rencontre infinie l'éclair d'un instant

Dans le pressentiment d'un souffle transparent

Où la mort se fût abolie...

-
Le sang est en toi témoin et partie
Dans le dédale pour nous sans mystère
Où tu t'es perdu entre chien et loup

D'un combat faussé d'ombres, de méandres patiemment lovés.
Or tu ne sais plus
Si tu fus jamais chasseur ou gibier.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top